2- Comment entretenir la paix en soi ?

Cet article est en 4 parties. 1- le diagnostic > 2-  la prévention

Dans la 1ère  partie Je pense donc… c’est mon quotidien, nous avons constaté que nous ne restons pas éternellement dans le sentiment que « c’est OK ». De façon plus ou moins régulières et intenses, dans une journée, une semaine, une année, notre vie… nous traversons des moments difficiles dans lesquels le malaise intérieur prend le dessus sur le sentiment de paix.

Pourtant il est possible d’encourager, d’entretenir, de nourrir et de porter ce sentiment. Cela semble évident mais nos habitudes ne nous invitent pas à vraiment prendre le temps de le faire. Personnellement, j’ai longtemps négligé cet aspect « préventif » qu’on appelle communément l’hygiène de vie.

C’est le crédo de toutes les démarches de bien-être qui nous invitent à pratiquer chez soi régulièrement. Du yoga à la méditation, de la sophrologie à la kinésiologie, des régimes alimentaires à la naturopathie, du coaching de vie au footing… nous avons à développer suffisamment de volonté et de discipline intérieure pour nous engager à faire par exemple des exercices physiques tous les matins, surveiller notre alimentation à déjeuner, méditer 10 min par jour ou prendre un moment avant de nous coucher pour remercier de la journée qui vient de se dérouler.

epanouissementCe que l’on sait moins, c’est que cette hygiène de vie se doit d’être globale, holistique. Elle se doit à la fois d’être pratique, et nous (r)appeler au sens de notre vie. Posez-vous la question : de quoi nourrissez-vous votre Etre chaque jour ? Chaque semaine ? Dans votre vie en général ?
Considérez-vous dans toutes vos dimensions :

  • physique
  • énergétique
  • émotionnelle
  • mentale
  • spirituelle

Pour chacune d’elles, posez-vous les questions suivants : Comment je nourris cette dimension de mon Etre ? Quelle attention, quel regard je porte sur elle ? Comment je prends soin d’elle ? Qu’est ce que je fais pour elle ? A quelles vibrations je l’expose ?

Par mon alimentation, mes activités, mes relations, mon environnement, les produits que j’utilise, ce que je choisis de voir, d’écouter, de faire ou de créer, je ne nourris pas de la même façon les différentes dimensions de mon Etre.
Par exemple, est-ce que je passe plus de temps derrière un écran qu’à marcher ou bouger ?
La qualité de mon énergie, de mes émotions, de mes pensées est-elle la même en écoutant de la musique classique ou le dernier tube à la mode, en lisant un livre inspirant ou les actualités internationales ?
Mon mental passe t-il autant de temps à réfléchir qu’à contempler ?
Quelle est ma relation à la nature, aux animaux, à l’humanité ?
Que réveillent en moi les images, les vidéos, les écrits, les sons, les musiques, les paroles auxquels je m’expose chaque jour, en sortant de chez moi, au bureau, devant un écran, à la maison ?
Est-ce que je passe plus de temps à sentir la joie, la tendresse, l’amour, ou la colère, le stress, la peur ?

Il s’agit de prendre du recul sur nos habitudes afin de voir dans quelle mesure je choisis de m’offrir un espace de vie qui me nourrit positivement et qui correspond à qui je suis. Nous nous exposons souvent à des vibrations qui, sans que l’on s’en rende compte, viennent perturber notre équilibre et notre paix intérieure. Et d’un autre côté, nous oublions de passer suffisamment de temps à nourrir notre Etre dans ses dimensions les plus subtiles, qui façonnent nos pensées et donnent du sens à la vie.

Artistiques, spirituelles, ludiques, philosophiques, relationnelles, subtiles, contemplatives, logiques, empiriques, seul, à plusieurs… Il existe d’innombrables façons de nourrir notre Etre, le faire évoluer, et nous aider à rencontrer l’essence de qui nous sommes.

Quelques soient les activités, les voies, les techniques, les courants, les doctrines, les principes, les attitudes ou les pratiques que vous choisissez d’adopter, l’important est que vous y trouviez suffisamment de sens et de jouissance pour les intégrer dans votre mode de vie et pouvoir vous appuyez sur eux dans les moments de difficultés et de doute.

evolutionEn revanche, rien ne dure, tout évolue constamment. Et lorsque vous avez adopté quelque chose (ou quelqu’un) depuis longtemps, il est judicieux de prendre parfois le temps de vous demander de quelle façon celle-ci nourrit ou ne nourrit plus votre Etre aujourd’hui. Il s’agit de rester ouvert en permanence, d’être prêt à vous détacher d’un ancien concept ou d’une vieille habitude qui vous a peut-être servi jusqu’à aujourd’hui, mais qui trouve dorénavant ses limites.

Imaginez un esprit carthésien s’ouvrir à l’irrationnel, un charcutier devenir végétalien, un croyant abandonner sa religion ou un Yogi expérimenté remettre en cause sa pratique… Il est difficile de se détacher d’un concept auquel nous adhérons sincèrement depuis des années et la question n’est pas tant si nous devons continuer ou arrêter, mais d’ouvrir l’espace en soi pour laisser émerger une nouvelle manière de voir et de se comporter.

La plupart d’entre nous avons la malheureuse habitude d’attendre que les choses se compliquent et deviennent insupportable avant de les traiter avec bienveillance et considération.

La prévention consiste aussi à identifier les situations qui génèrent en nous de la souffrance avant que cela ne devienne critique.

Cela étant dit, toute prévention, aussi consciencieuse soit-elle, suffit-elle à rester en paix ? Nous pouvons certes nous offrir une existence la plus épanouie et heureuse possible en respectant une bonne hygiène physique, énergétique, émotionnelle, mentale et spirituelle et en nourrissant notre Etre avec les meilleures vibrations. Et vous êtes peut-être déjà un(e) expert(e) à ce niveau ! Mais la vie est bien faite et nous réserve tout du long, quoiqu’on fasse, des moments difficiles auxquels il faut se confronter… En réalité, chaque situation vécue comme une souffrance est une invitation, une opportunité de s’en libérer en allant découvrir le sens, le message à la source.

Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *