J’aime beaucoup la façon délicate dont Fabrice Midal nous appelle à nous détendre 🙂 Combien de personnes s’évertuent à toujours s’améliorer et être sans cesse un peu plus parfait, à coup de développement personnel et spirituel ? J’en connais un rayon à ce sujet, avec cette tendance à être excessivement cohérent et exigeant avec moi-même ! Oser reconnaître la beauté de ma vulnérabilité et réaliser les cadeaux que m’offrent mes imperfections a été un long chemin.

Reconnaître, admettre et accueillir ce qui est. en Paix avec ce qui Est est aussi né de cette prise de conscience profonde qu’une forme de justesse et de perfection existe déjà à tout instant, quelque soit notre état d’être, notre comportement, nos conditions de vies, nos pensées ou nos actes. C’est de cet état de conscience que j’appelle la paix ou le C’est ok, qu’émerge réellement l’infini des possibles. Ce pourrait-il que je sois parfait, et vous aussi, et chaque Etre Humain, et la réalité toute entière ? Cela ne veut pas dire ne rien faire pour changer les choses, mais invite à agir avec une fluidité, une bienveillance et une légèreté évidentes et naturelles.

« Nous vivons dans une société où toute la journée nous sommes sommés de répondre à des injonctions. Soyez plus efficace, plus performant, mangez mieux, faites attention à ceci, faites attention à cela… Nous nous torturons à intégrer des normes, des modèles qui ne nous correspondent pas, parce que nous voulons « mieux faire » et que nous estimons ne jamais « bien faire ».

Nous devons obéir à tant d’injonctions parfois même contradictoires. Nous devons être calme et énergique, détendu et dynamique, raisonnable et créatif, respectueux des hiérarchies et sage… plus ceci et moins cela. Et évidemment plus nous espérons accomplir tous ces objectifs, plus nous nous sentons mal, et nous nous torturons, souvent sans qu’il ne nous soit rien demandé…
La méditation, loin de nous aider, est prise aujourd’hui dans les filets de cette dictature. Il faudrait méditer pour être moins stressé et augmenter ses performances !

Ne pourrions-nous pas faire une pause ? Et si nous arrêtions de suivre cette tyrannie sociale ? Comment se foutre la paix et arrêter toute obsession d’un idéal de ce que l’on devrait être ? » Fabrice Midal

Partager sur