Cet article est en 4 parties. 1- le diagnostic > 2- la prévention > 3- la cause du problème > 4- le traitement immédiat

technique-respiration

Tu es stressé ? Respire calmement… profondément…

Qui n’a jamais entendu cela ? La plupart d’entre nous savent aujourd’hui qu’il est possible de calmer le stress, la colère ou la peur, ou bien de transformer la mélancolie, les émotions et sensations désagréables, ou encore de gérer les baisses d’énergie ou de moral. Souvent nous retenons quelques techniques apprises par-ci par là, dans un livre, une vidéo, un stage, une consultation ou une formation. Certains sont mêmes de grands collectionneurs de techniques et sélectionnent dans leur panoplie celle qui saura être la plus efficace en fonction de la situation et du stress ou sentiment qui se présente. D’autres choisiront de devenir expert de quelques-unes.

Il existe une multitude de techniques et d’approches et je trouve super qu’il en fleurisse sans cesse de nouvelles. Mais je me suis toujours demandé jusqu’où tout cela menait. Devais-je sans cesse me tourner vers l’extérieur pour apprendre quel mouvement, quelle technique de respiration, quelle forme de visualisation ou de pensée positive m’aidera à me recentrer, à désamorcer un stress, une émotion, une douleur ou un sentiment inconfortable ?

Lorsque quelque chose fonctionne pour nous, nous nous empressons de le partager et de le transmettre pour que d’autres en profitent également. Mais ce qui fonctionne pour certains ne sera pas adapté pour tout le monde et dans toutes les situations. On y croit, on essaie, on adopte, on cumule, on remplace parfois, jusqu’à tomber encore et encore sur une situation concrète de stress, d’inconfort et de souffrance où rien ne semble marcher, où l’on se retrouve démuni, où l’on ne sait plus comment faire.

help2

Je ne crois pas que l’intelligence qui nous permet de gérer nos états d’Etre est à attendre de l’extérieur. Je ne crois pas qu’un être humain livré à son propre référentiel (prenez Tarzan seul dans la jungle !) doive rencontrer un jour un coach pour apprendre à faire tel mouvement, adopter telle posture de relaxation ou telle technique de visualisation.

Je crois intimement que chacun d’entre nous possède à chaque instant l’inspiration et les ressources nécessaires pour transmuter, quand elle se présente, la souffrance quelle que soit sa forme. De mon expérience, la souffrance est optionnelle. A condition de bien vouloir le croire ! C’est parce que j’avais cette croyance que j’ai commencé à la mettre régulièrement à l’épreuve avec ce que j’appelle la Reconnexion Instantanée. Je ne laissais aucune souffrance de côté : mes situations d’épuisement chronique, de mal de tête devant mon écran, d’insatisfaction au travail, de malaise face à quelqu’un, de nervosité soudaine, mes périodes de doutes et de dépression ou encore lors de violents spasmes nocturnes et d’une douleur que je croyais insupportable.

La Reconnexion Instantanée n’est ni une technique ni une méthode, mais une posture intérieure d’accueil qui nous invite à laisser émerger dans l’instant l’intelligence de notre corps et de notre Etre profond. Lorsque quelque chose ne va pas pour nous, la Reconnexion Instantanée se présente comme un « traitement de l’ici et maintenant », bien que l’on puisse aussi l’adopter quand tout va bien, au contraire ! Se reconnecter avant de méditer est également un excellent moyen de se préparer au calme mental en nous permettant de fluidifier notre énergie et de gérer l’agitation mentale, l’irritation ou l’insatisfaction.

Se reconnecter est une attitude intérieure visant à être pleinement à l’écoute, à s’abandonner consciemment à l’intelligence qui émerge de soi dans l’instant présent.

Concrètement comment faire ?

Etape 1 : prendre conscience que « quelque chose ne va pas »

Souvenez-vous de ces moments où quelque chose ne va pas, où vous ne vous sentez pas OK.
Peut-être en avez-vous vécu un ou plusieurs aujourd’hui, ou cette semaine, ce mois-ci ?
Vous étiez peut-être chez vous, au bureau, dehors, seul ou entouré d’autres personnes ?
Ce peut être lors d’une discussion stressante avec quelqu’un de votre entourage, avant de prendre la parole, un mal de crâne après une journée de travail ou pendant la pause midi, une pensée préoccupante, un sentiment de tristesse, de mélancolie, de vide intérieur, de « coup au moral » intervenu subitement ou qui dure depuis quelques jours, la sensation d’être nul, fragile, sans énergie ou au contraire très stressé, très agité ou en colère…
Il peut s’agir aussi d’un sentiment général pénible et confus. Ce genre de sentiment qui nous fait dire parfois « Je sais pas ce que j’ai » « J’en ai marre » « Ça va pas » « Ça m’énerve » « Je ne vais pas bien » « Ça recommence » …

Nous n’identifions pas toujours l’état dans lequel nous sommes, ni sa cause. Mais il y a un point commun entre tous ces symptômes : vous voulez qu’ils disparaissent, vous préféreriez vivre autrement la situation à ce moment-là.

temps-mortSi nous souffrons alors, c’est parce que nos pensées sont confuses concernant la sensation désagréable que nous sommes en train de vivre. Dans la confusion, notre mental cherche inconsciemment à nier, fuir ou transformer la réalité du moment. Nous sommes alors déconnectés et pour retrouver la paix, nous allons entrer dans un processus de reconnexion au moment présent.

Donc vous avez pris conscience que vous n’êtes pas OK, quelque chose ne va pas.
Première chose : temps mort ! Stoppez la cogitation, marquez un arrêt, relâchez la pression mentale.
Si besoin et si possible, n’hésitez pas à vous isolez quelques instants. Les toilettes sont un endroit super pour ça 😉 .

Commencez par considérez pleinement votre état, donnez-lui toute votre attention, rencontrez-le.

Etape 2 : vivre le processus de Reconnexion Instantanée

La durée et la forme du processus de reconnexion varient selon la situation, votre expérience, votre disposition à lâcher-prise et les conditions dans lesquelles vous êtes. Il peut durer l’éclat d’un instant, quelques secondes, plusieurs minutes…

Le processus vous appartient. Il ne suit aucune règle, aucune logique. Comme pour le moment présent, il est chaque fois inédit. Cependant par souci de clarté, je vais distinguer 4 phases. Notez simplement que toutes ne sont pas nécessaires, et que l’une peut émerger avant ou à la place d’une autre. La paix peut revenir à tout moment.

Les 4 phases :
cliquez sur un titre pour dérouler son contenu

Identifier et reconnaître l’énergie dans laquelle vous êtes

La souffrance naît d’abord de la confusion. L’objectif ici est donc de mettre des mots clairs sur l’état dans lequel vous vous trouvez maintenant. Ce peut être une émotion et/ou un état d’être physique et énergétique. Pour simplifier le propos, nous parlerons d'énergie.

Si  vous avez des difficultés à identifier dans quel état vous vous trouvez et à mettre des mots dessus, sortez vos pensées de la tête et parlez.

Exprimez ce qui vous passe par la tête spontanément, comment vous vous sentez, sans vous censurer, en toute honnêteté. Sortez les soupirs et grossièretés s’il y en a.

Exemple : « Pffff ! Fait chier j’en ai marre d’être encore fatigué. Je suis tout le temps fatigué ! J’ai pas d’énergie là merde ! En fait je suis en colère, voilà ! Je suis en colère ! »

Exprimer, faire circuler, transmuter l’énergie

Rien ne dure. Pensées, émotions, sensations, tout nous traverse. Si quelque chose de désagréable persiste, c'est que l'énergie est bloquée ou circule mal.

Il existe plusieurs façons de remettre en circulation et de transmuter cette énergie, selon le temps que vous pouvez lui accorder, les conditions dans lesquelles vous vous trouvez et la palette de vos outils personnels.

C'est là ! Quelque chose émerge, laissez-vous inspirer :

  • par le corps : mouvements spontanés, mouvements contrôlés, grimaces, sport, yoga, danse…
  • par la voix, les sons : cri, pleurs, grognements, parole, chant, mantra, verbalisation, communication...
  • par la respiration : soupirs, respiration profonde, accélérée, spontanée…
  • par tout ce qui permet d'extérioriser l'énergie, de vous désidentifier de l’état dans lequel vous êtes : écriture spontanée, dessin, imagination, utilisation d’objets...
  • en ressentant ou en visualisant votre lumière intérieure...

Quelles que soient vos connaissances, vos croyances, vos expériences, vos ressources, ayez confiance dans l'idée qu'il ne vous manque rien dont vous auriez besoin pour faire face à la situation.

Engagez-vous pleinement dans votre processus de reconnexion. Restez présent et conscient de ce qui émerge de vous et s’exprime à travers votre corps, votre voix, votre respiration. Innovez, soyez libre. Abandonnez-vous au processus sans vous juger. Il peut vous inviter à arrêter ce que vous étiez en train de faire, vous mener à l’action, à la méditation, à l’immobilité, au mouvement, à un simple changement de rythme, au repos… Il peut vous faire passer par différentes émotions, différents états, différentes sensations, différentes pensées. Votre simple présence vous permet de surfer en confiance, en apprivoisant le courant avec vigilance. Laissez-vous guider tout en vous laissant traverser, jusqu’à ce que vous sentiez intuitivement que le processus est terminé, que le flot vous a déposé sur l’autre rive, celle de la paix.

surf

Si se reconnecter ne demande aucune connaissance particulière, il n'en demande pas moins d'apprendre à être à l'écoute de son intériorité et à se faire confiance. Et cela nécessite de la pratique.

Il me tenait à cœur de proposer des espaces de pratique qui nous invitent à (re)découvrir et explorer l'étendue de nos outils essentiels de reconnexion. Si cela vous intéresse, j'organise ponctuellement des stages et ateliers autour de la reconnexion et de la méditation.

Effectuer votre rituel personnel de Reconnexion

11005111_1545579105725612_1992666327_nIl arrive que la paix revienne tout simplement en effectuant un petit rituel de reconnexion.
Peut-être connaissez-vous ou vous êtes-vous créés un rituel familier lorsque quelque chose ne va pas ? Il peut être inspiré par exemple du Yoga, du Brain Gym, de l'Euphonie gestuelle, du Qi Gong, de la sophrologie ou d'une technique énergétique associant respiration et visualisation suivie de quelques mouvements.

L'important est qu'il ait du sens pour vous, ce qui garantit que vous le ferez avec sincérité. Bien sûr il n'est pas figé et peut évoluer.
Votre rituel doit vous permettre de canaliser votre énergie et votre attention dans l'instant présent. Il doit être suffisamment simple pour pouvoir être effectué dans la plupart des situations.
Pour ma part, mon petit rituel dure environ 5 minutes. Je l'effectue debout, les yeux fermés. Il m'a été inspiré alors que je travaillais en entreprise et que je souhaitais pouvoir me reconnecter pendant les pauses en restant discret. Depuis il n'a pas beaucoup évolué. Je l'utilise souvent lorsque je me sens dispersé, confus ou stressé, ou encore pour me recentrer avant de prendre un temps pour méditer.

Parfois, votre rituel personnel suffit à retrouver la paix. Parfois, vous n’avez pas besoin de lui. A minima, il vous permet d'être plus ouvert et à l'écoute pour retrouver le fil du processus de reconnexion.

En cas de difficulté, lorsque vous vous sentez perdu et empêtré dans une énergie, il reste votre meilleur ancrage.

Retrouver la paix

Rappel : être en paix signifie ne plus être en guerre avec la réalité. C'est un état de conscience, une présence bienveillante en soi qui accueille tout ce qui est comme étant juste.

Nous pouvons observer la colère qui nous traverse sans la refuser et être en paix avec cela. Il ne s'agit pas de rechercher le calme ou la sérénité mais de sentir que nous sommes OK avec la réalité.

> Vous vous sentez mieux et plus en paix ? Bravo, vous avez suivi le processus en confiance !

plume2> Vous sentez toujours que « Ça ne va pas » ? Votre mental lutte encore et vous empêche de vous abandonner au processus du moment présent. Il s’attache à l’idée que la réalité doit changer. Il peut confondre paix et bien-être. Il peut s’impatienter car votre attention est sollicitée ailleurs ; vous avez peut-être une réunion qui commence, un enfant qui pleure, ou un rendez-vous. Il peut vouloir que le processus que vous êtes en train de vivre aboutisse à un changement d’état. Bref il y a quelque chose qu’il n’accepte pas et il VEUT changer la réalité.

Cela nous arrive à tous et fait partie de l'expérience, et si vous ne réussissez pas à vous reconnecter cette fois-ci, c’est que la Vie vous invite à lâcher votre attente, à lâcher-prise. Pour vous aider à accepter la situation vous pouvez :

  • Reconnaître consciemment la réalité en le verbalisant. Voici un exemple : « Je ne vais pas bien, c’est comme ça. Je ne comprends pas/je me sens démuni/j’ai du mal à accueillir mon état/la situation présente.  Je reconnais que je vis une expérience difficile et je remercie la Vie/l’univers/Dieu/mon Etre de m’offrir l’occasion de la vivre en toute conscience. Je pose simplement l’intention d’intégrer dans toute sa justesse l’expérience que je suis en train de vivre. Et je choisis de reprendre le cours de ma journée. »
  • Ecrire les pensées liées à votre mal-être qui vous traversent, en vue de les questionner ultérieurement.
  • Vous rappeler que tout change, rien ne persiste. L’état que vous vivez présentement ne durera pas de toute façon. Quand vous aurez identifié et pris conscience d’un autre état plus tard dans la journée, reconnaissez-le, notifiez-le. Cela éduque le mental et l’aide à se détacher.

 

Conclusion : pendant la pluie, le beau temps

La souffrance nous indique que nous sommes déconnectés et nous invite à nous reconnecter ici et maintenant. Dans certaines situations, cela est difficile car le processus peut nous inviter à reconsidérer nos priorités, à agir avec courage ou à oser un lâcher-prise qu’on accepte mal. Lâcher-prise c’est accueillir ce qui est, ne rien rejeter. Y compris notre incapacité à accueillir ou à agir. Il n’y a rien à forcer et la réalité est beaucoup plus douce que ce que nous imaginons. Se reconnecter ne consiste pas à refuser la souffrance ou à vouloir changer quelque chose mais à entrer pleinement dans la vibration de l’instant, sans chercher un résultat.

Si nous nous jugeons si souvent, c’est que nous croyons qu’il y a des choses qui sont justes et d’autres non. Qu’il y a des choses à accepter et d’autres non. C’est comme refuser l’ombre et préférer la lumière. Or lorsque notre conscience s’éveille à la réalité, il y a un phénomène naturel que nous avons tendance à oublier : plus la lumière est présente, plus les ombres sont clairement révélées. Plutôt que de les rejeter et les ignorer, osons les embrasser et les aimer !

Refuser la pluie ne peut mener qu’à la souffrance. Et foi de Normand, s’il pleut régulièrement dans votre vie, pourquoi ne pas plutôt vivre pleinement cette grisaille, en pleine conscience ? Vous trouverez peut-être un super parapluie, ou l’envie d’ouvrir la bouche pour boire les gouttes, ou le plaisir de ne faire qu’un avec la pluie, ou un arc-en-ciel, ou une jolie flaque dans laquelle sauter et que sais-je encore ! Un moment parfait qui pourrait même vous faire oublier qu’après la pluie, le soleil réapparaît 😉

apres-la-pluie2

Retrouvez les 3 premières parties de cet article : 1- le diagnostic > 2- la prévention > 3- la cause du problème
Partager sur